Noise

Main site
RSS 2.0
notes-1.6.tar.gz

Monday, Feb. 18th 2019

Poésie

J'ai envie de faire pipi
Où est l'Académie ?
J'ai envie de faire caca
Vite un commissariat !

Comment


Sunday, Feb. 3rd 2019

Histoire ?

L'Histoire c'est cette discipline à prétention scientifique qui cherche à dire la vérité sur les actions d'êtres humains du passé à partir de textes.

C'est ma définition. Si je me plante, toute la suite de l'article est niquée.

En pratique, c'est une technique d'exploration du passé sévèrement limitée. Pas de texte, pas d'histoire. (La majuscule tu la mets dans le cul de l'académie, poufiasse qui n'en finit pas de crever.)

Pire, textes faux, histoire fausse. Aujourd'hui c'est tellement facile d'écrire des conneries qu'aucun être humain ne sera bientôt plus capable de démêler le vrai du faux. Au final, ceux qui savent comment ça marche peuvent fabriquer des vérités comme bon leur semble.

Un exemple simple, c'est en France en ce moment. Tu vas manifester, tu te fais défoncer la gueule par un bâtard de flic avec son flashball de merde, derrière t'as toute la pourriture étatique qui vient vomir ses mensonges jusqu'à te refiler la gerbe. Droits dans leurs bottes, tas de fils de pute. (Ouais ouais, ta gueule, j'ai grandi en banlieue, j'insulte comme ça me plaît, t'as qu'à pas lire au pire.)

Quand j'étais petit j'ai lu un bouquin de Faurisson. Il avait toutes les apparences du sérieux et il m'a presque convaincu que les chambres à gaz c'est des conneries. Ensuite j'ai lu le bouquin de Vidal-Naquet qui déglingue la thèse de Faurisson. Du coup mon cerveau s'est remis droit. Enfin, à peu près. Enfin, comme il était avant toute cette merde.

Au delà de l'anecdote, ça questionne. Il suffit d'avoir les apparences du sérieux, il suffit d'invoquer la bonne rhétorique, le bon style, les bonnes formes, pour qu'un discours farfelu passe pour un discours historique.

Et t'as aucun moyen d'aller vérifier par toi-même de la véracité des propos. Lire les sources ? Mais quelles sources ? Comment t'y accèdes ? Y a pas un lieu avec marqué dessus "sources historiques, viens pêcher la vérité mon frère".

Devant cette impossibilité t'en es réduit à la confiance. Tu fais confiance au gars qui se prétend historien. Quand c'est Vidal-Naquet, tu te poses pas trop de questions. Quand c'est Faurisson, par contre...

Et comment savoir si tel bouquin a été écrit par un Vidal-Naquet ou un Faurisson ?

Prends l'histoire de, au hasard, les pauvres au dix-neuvième siècle en, chais pas, Chine. Tu vas dans une bibliothèque, tu chopes un livre, tu le lis. Qui te dit que ce qui est écrit dedans est réel ? ou l'a été ?

Pour en revenir à ce problème des sources, une société va consigner certains faits et en oublier d'autres. En général ce qu'on considère comme moralement bon va être très proprement conservé, et ce qui est mal ne va pas l'être.

Les nazis ont pas crâmé des archives vers la fin de leur bordel ?

Même s'il y a des traces, des archives, des tas de thèmes ne seront pas, ou peu, étudiés. Un historien ça doit bouffer. Quelqu'un paye pour ça. T'as déjà vu quelqu'un cracher dans la main de celui qui te nourrit ? (Ça va l'académie ? T'es encore là connasse ? Va crever, pute.)

On en parle de nos ancêtres les gaulois ou pas ?

D'un côté on pourrait se dire que la tentative est louable. Dire la vérité sur le passé, pourquoi pas.

De mon point de vue, ça revient essentiellement à déglinguer la propagande du pouvoir. Le pouvoir aime bien se voir sous un jour ensoleillé. La merde qui lui a permis de devenir puissant, il va pas trop avoir envie que ça devienne trop public. Il va mettre en scène sa grandeur.

Va trouver des sources qui vont dans un sens négatif pour le pouvoir.

Y en certains (genre Chomsky me vient dans la tête) qui disent que les puissants ont besoin de la vérité pour continuer à dominer tranquille. En ce sens les journaux économiques valent qu'on y jette un œil. Il vont contenir des faits réels, au delà de la propagande ou du désir de paraître propre et bienveillant.

Dans le même ordre d'idée, on pourrait être tenté de penser qu'ils conservent des archives sur la réalité des conditions historiques de leur prise de pouvoir, histoire de se souvenir d'où ils viennent, et de faire ce qu'il faut pour que ça continue, aussi longtemps que possible.

J'en doute.

Les empires disparaissent. Le pouvoir s'en fout de la réalité. Il est dans l'instant, il jouit de sa force, sans trop se préoccuper de ce qui se passe autour. Sinon, à quoi bon avoir le pouvoir ?

Les abrutis de daesh qui déglinguent la Syrie, contre toute raison historique (enfin je dis ça, je baigne dans la propagande anti-daesh qui me dit à longueur d'arguments émotionnels et d'exemples soigneusement choisis que daesh c'est la barbarie alors que la démocratie de l'ouest c'est trop de la balle), tu crois qu'ils en ont à foutre quelque chose de ce que dira l'histoire sur eux ? Tu crois qu'ils conservent des archives pour écrire leurs mémoires plus tard, quand tout sera fini, ou que le monde sera à eux ?

Le mec il s'en fout. Il tue tout ce qui bouge, il baise des salopes toute la journée, le reste il s'en fout. Il jouit du pouvoir, ici et maintenant.

Hein ? Je caricature ? Bah, peut-être, peu importe.

Le connard qui travaille à la bourse à vendre et acheter des abstractions qui tuent des gens, c'est pareil. Il jouit. L'abruti qui se fait élire et reste quelques années avec tout le monde qui écoute quand il dit la moindre connerie, pareil. Il jouit.

Tout est affaire de jouissance.

Alors des archives réalistes, permets-moi de douter, l'ami.

Aujourd'hui, on doit avoir quoi, six ou sept milliards d'humains vivants. Peut-être plus. Tu crois que combien parmi ce tas de cellules laissera une trace dans l'histoire ? Et selon quels critères ? Je te parle pas d'intéresser d'hypothétiques historiens, nan, je te parle d'exister dans une archive, de voir ses actions consignées quelque part.

Hum ?

L'histoire c'est pas une discipline qui te crache de la vérité sur le passé. C'est des choix, idéologiques. Soit par ceux du passé qui ont laissé ou pas une ou des traces. Soit par ceux du présent qui vont renifler telle ou telle trace.

Attendre quelque chose de l'histoire pour nous aider à déglinguer les structures de pouvoir et la hiérarchie du présent, c'est une chimère. La mise en scène ne sert pas à ça. Oublie, sale rien, oublie.

En fait, sois fier de laisser zéro trace. Sois fier que personne dans les cercles hiérarchiques, idéologiques, historiques, ne s'intéresse à ta gueule. Ça veut dire que t'es pas trop un connard de base. Jouis de ton refus de parvenir.

Mais que ça ne t'empêche pas de foutre un peu le bordel dans leur connerie quand même.

(Putain, je retombe dans mes travers moisis à gicler des conclusions militantes de merde. J'ai presque honte.)

Comment


Monday, Jan. 28th 2019

En finir avec le mode majeur

La musique classique européenne est basée sur le système tonal, depuis quelque chose comme quatre ou cinq siècles.

Au cœur de ce système on trouve la notion d'accord. Un accord c'est trois notes jouées en même temps. Dans sa forme fondamentale, on a une tierce et une quinte. La tierce peut être majeure ou mineure, la quinte juste, ou augmentée, ou diminuée. On peut ajouter d'autres notes après la quinte, très souvent on a la septième, moins souvent les notes au delà.

La musique classique est un marqueur social. (Tu croyais pas que j'allais te cracher du wikipedia de seconde zone sur plus de deux paragraphes, narvalo.) C'est un truc de la bourgeoisie.

Avant, les mecs (pas beaucoup de meufs, faut pas déconner non plus) qui écrivaient de la musique classique, à la Mozart, Bach, Beethoven, et compagnie, étaient payés par le pouvoir du moment, riche ou religieux. Ils sont donc restés dans les normes acceptables pour leurs donneurs d'ordre.

Ouais, tous les "artistes" qui font ça pour gagner leur vie sont des merdes qui font ce qu'on leur dit, comme tous les esclaves du monde. Leur "art" c'est globalement de la merde. Mozart ça pue, dans le genre. Bach j'aime bien, mais en ce moment, chais pas, ça me gave. Beethoven a passé sa jeunesse à sucer Mozart, après il s'est un peu lâché, mais est resté dans les clous.

Au vingtième siècle, les mecs se sont lâchés. Un peu. Ils ont fait style "ouais, le système tonal c'est de la merde, viens on pète tout, on fait des trucs hors des clous, viens on fait du micro-tonal, viens on fait du dodécaphonique, viens on fait du sériel". C'est-à-dire qu'ils ont utilisé les instrumentistes de formation classique pour leur faire jouer leur merde "révolutionnaire".

Globalement de la merde. Après t'en as qui viennent analyser ça en te parlant de la folie du vingtième siècle, les guerres, l'industrie, toutes ces merdes.

Ça excuse rien. De la merde, c'est de la merde. C'est comme ces gens qui balancent de la peinture sur des toiles pour faire des taches. Sérieux ? De l'art ta merde ? Laisse moi rigoler branleur.

Passons toutes ces merdes.

Aujourd'hui il reste quoi ? Je pense que les bourgeois continuent d'utiliser la musique classique comme marqueur social, comme truc "eux et nous". Savoir appuyer sur les bonnes touches du piano au bon moment pour vomir la lettre à Élise, ça leur fait mouiller la classe sociale à ces gens.

Moi, quand je prends ma guitare et ma feuille anti-sèche des accords (genre ça, généré par ça), quand je me balade dans les différentes tonalités, je me retrouve souvent dans les gammes mineures. Et je me dis que le mode majeur c'est comme une réminiscence des temps anciens. Les Grecs et leurs modes, phrygien et compagnie.

Dans d'autres univers culturels, les modes c'est important. Chez les Rebeux, les Turcs, les Indiens, c'est leur délire. Mais en Europe, le délire c'est plus l'harmonie tonale avec ces histoires d'accords, de fonction d'accord, de modulation. Le seul truc bizarre, c'est l'existence des modes majeurs et mineurs.

Et je me permets de penser que le mode majeur, ça pue. C'est moche. C'est plat, sans intérêt. C'est pour faire des exercices, des gammes, des merdes comme ça. La vraie musique classique, c'est en mineur. Ça te prend les trippes, ça te les retourne, ça t'attrape et ne te lâche plus.

Le majeur ça te fait rien de tout ça. Tourner autour de do-mi-sol, quel intérêt sérieux ? C'est sec.

On dirait un politicien qui fait un discours ou balance sa propagande face aux questions du "journaliste" politique. On dirait un sportif qui gagne une compétition. On dirait un prof qui fout des notes à des gamins.

Ça donne juste envie de vomir le mode majeur.

En fait je crois que même le mode mineur c'est pas si terrible que ça.

En fait je crois que toutes ces règles à la con de cadence, de modulation et compagnie, c'est de la merde. T'as des bouquins qui t'expliquent que telle note ne doit absolument jamais être jouée après telle autre, parce que c'est le mal.

Et évidemment la plus belle musique, c'est celle qui s'en fout de ces règles à la con. Le mec qui écrit les connaît, mais il les zappe. Juste un peu. Mais quand même.

Nan, le truc important, à mon avis dans tout ça, c'est les accords de trois notes. C'est beau. En soi. Une tierce, une quinte (et les renversements, évidemment). La succession des accords, c'est là que doit se trouver la liberté. On colle des accords les uns derrière les autres, beauté après beauté, et ça fait un truc michto à la fin. Faut se foutre des règles trop compliquées, se foutre du "bon goût", garder les accords, et en faire quelque chose de grand.

Après on peut crever tranquille.

Faut juste que personne ne se rappelle de nous trop longtemps, sinon on a comme raté sa vie.

Comment


Thursday, Jan. 24th 2019

La France est une démocratie... d'après les élites... françaises

C'est souvent que l'élite parle à la radio ou la télé ou dans les journaux. Dans les réseaux électroniques aussi, mais on peut aussi y parler, les riens.

Tout le monde s'en fout de ce qu'on dit, mais on peut parler.

Et les élites, dans ces endroits où le temps de parole est limité et contrôlé, chez eux quoi, les élites elles disent des fois, avec un air d'autorité qui est là pour que tu fermes ta gueule, sale rien qui pense mal, ose me contredire manant, et tu vas voir ce qui va t'arriver, elles disent des fois que la France est une démocratie, pas une dictature.

Parce que les riens, quand ils se prennent des coups dans la gueule, des fois ils se plaignent, et des fois ça monte aux oreilles des élites, et les riens, ils disent que ça pue la dictature.

Alors les élites tapent du poing sur la table. Non ! La France n'est pas une dictature, c'est une démocratie !

Y a cette idée d'un élu des USA du passé : "la démocratie c'est le pire système, mais y en a pas de meilleur", ou un truc dans le genre. Y a des gens qui aiment bien dire ça aussi, comme ça, pareil, valeur d'autorité parce que ça sort de leur bouche.

Et ferme ta gueule.

Maintenant quand on compare les systèmes, qu'est-ce qu'on voit ?

Les armées : les démocraties en ont, les autres systèmes aussi. Et d'ailleurs parmi les vendeurs d'armes, ce qui sert aux armées pour fermer la gueule des pauvres en les butant s'ils font trop chier, on trouve beaucoup de démocraties. Qu'en penser ? Les démocraties permettent à des dictatures d'exister.

Les prisons : pareil que pour les armées. Le plus grand nombre de prisonniers pour mille habitants d'un coin du monde c'est dans une démocratie. Est-ce que c'est bien ou pas les prisons ? Est-ce qu'un système social qui prétend être le meilleur, c'est-à-dire dans lequel les individus s'épanouissent du mieux qu'ils peuvent, est-ce qu'un tel système peut enfermer pendant des années des individus qui n'ont pas respecté les lois ?

Et là, on pourrait faire gicler deux questions. Premièrement, est-il correct de dire qu'une démocratie sert aux individus à s'épanouir ? Deuxièmement, cette histoire de lois, ça pourrait nous occuper un moment.

On va zapper les deux, dans la joie et la bonne humeur.

Qu'est-ce qu'on a d'autre ? Les inégalités sociales ? C'est-à-dire des riches et des pauvres. On a ça pareil dans une démocratie et les autres systèmes. Est-ce acceptable dans une démocratie ?

Les services secrets ? Les barbouzeries diverses ? Démocraties et dictatures en ont.

La corruption ? Le mensonge permanent des élus ? Il paraît que le président des USA arrête pas de mentir. Des journalistes ont compté. C'est des milliers de mensonges. Plus près de nous, plus anecdotique mais ça me vient à l'esprit, c'est Vauquiez en France qui met un gilet jaune et trois jours plus tard affirme sans se démonter sur un plateau télé ou radio qu'il n'a jamais mis de gilet jaune. Droit dans ses bottes, le petit doigt sur la couture du pantalon. J'ai jamais trop compris cette expression et peu importe.

Je t'en rajoute ou bien ?

Faire du biz avec les dictatures ? La Chine ? Kadafi (y a un h quelque part là-dedans je crois, en même temps le gars était rebeux, donc en alphabet latin on s'en fout un peu à vrai dire, mais peu importe) bien accueilli en France, un paquet de bâtards dictatoriaux Africains et autres qui font leurs études en France, c'est bon ? ça passe tranquille ? La real politik, ça passe ?

Tout ça c'est de la merde. Et ça se passe dans une démocratie.

Tu peux dire que "théoriquement" la démocratie c'est génial. Moi j'en ai rien à foutre de la théorie. Dans la réalité du passé, et du présent, et n'en doutant pas, du futur, la démocratie ne tient pas ses promesses. On a des pauvres, des riches, de la merde qui dégouline de partout, en démocratie comme ailleurs.

Donc chère élite, juges, élus, avocats, journalistes, médecins, militaires et flics gradés, tu peux gueuler aussi fort que tu veux, ton système démocratique il te profite à toi, mais pas aux autres. Et les autres, les riens, ben chais pas. J'ai envie de dire "ouvrez les yeux", mais ils sont déjà ouverts. Alors je sais pas quoi faire ou dire, et pourquoi écrire ? Ça sert à rien.

Mais comme mon corps est meurtri par une démocratie et pas une dictature, il lui arrivera rien à la publication de ce texte que personne ne lira, parce que tout le monde s'en fout. C'est ça la magie de la démocratie.

Qu'est-ce tu veux, je suis pas élite. Quand un président te parle de ceux qui sont rien dans une gare, ça jase. C'est normal, c'est l'élite. Quand ça dit des conneries, tout le monde est au courant. C'est important, c'est l'élite. Les riens font pas de bruit, ou du bruit qui sert à rien.

Je m'en fous. J'avais envie d'écrire ça, c'est fait. Le reste n'a aucune importance. J'emmerde l'élite.

Comment


Wednesday, Jan. 23rd 2019

L'armée française recrute ses futurs cadavres cyber

À tous mes "collègues" bidouilleurs de ce pays de merde, ne vous laissez pas enfumer par l'État français.

La France cherche des petits soldats pour déglinguer des ordis à droite à gauche sur cette petite planète de merde.

"On" a des ennemis, t'as vu. "On" doit se défendre. On doit attaquer les méchants avant que les méchants nous attaquent. Tous ces bougnoules, enfin ces terroristes, qui cherchent rien qu'à détruire notre mode de vie démocratique, notre liberté, pour nous imposer une idéologie rétrograde et passéiste.

"On", je suis pas dedans, t'y es pas non plus. La France c'est quelques milliers de connards, des élus, des juges, des médecins, des notables comme ça. C'est ça la France. Le reste, toi, moi, on est à leur service à ces Français. On taffe pour eux. On crée, littéralement, leur richesse. On l'accepte, on la valide.

En échange, ils nous laissent survivre, suffisamment pour qu'on gueule pas trop, pas trop souvent, pas trop longtemps, ni trop fort. Tant qu'ils peuvent se payer leurs vacances tranquille, tout va bien.

Mais soldat, c'est quand même un peu exagéré. Et pirater des ordis pour l'État français, c'est pas un jeu. C'est renforcer le pouvoir de l'État. C'est se faire exploiter pour protéger les intérêts de ces quelques milliers de Français.

C'est pas un jeu.

C'est pas comme passer tes soirées à bidouiller en brainfuck un interpréteur lisp.

C'est pas écrire un raytracer.

C'est pas faire une démo 4k.

C'est pas s'amuser à faire un système d'exploitation rigolo.

C'est pas rigoler avec tes potes à coups de virus mignons et inoffensifs.

C'est détruire des vies. Des gens que tu connais pas. Qui ont leur monde, leurs règles, leurs choix, leurs histoires. Et que l'État français n'aime pas, pour des raisons dont t'as rien à foutre, ça te regarde pas. Toi, on te dit d'attaquer, t'attaques. On te dit d'analyser tel système et de trouver des bugs dedans et faire des payloads pour niquer des trucs qui tueront peut-être des gens, ben tu le fais et tu fermes ta gueule.

Si t'es sage, si tu fais bien ce qu'on te dit, le ministre, le chais-pas-quoi, le chef, il viendra te parler, te caresser dans le sens du poil, et tu te sentiras un peu important. Tu te diras que tu te bats pour la liberté, pour la démocratie.

Ce que se disent tous les soldats du monde. Et ils se font tous baiser profond par ceux qui profitent de leur vies, de leurs morts.

Te fais pas baiser, petit bidouilleur. Bidouiller pour un État, c'est de la merde. L'État a besoin de toi parce qu'il a pas les compétences en interne. Évidemment, il faut des années pour comprendre un peu quelque chose à ces satanées machines, il faut commencer petit, il faut l'état d'esprit pour se concentrer des heures. C'est long. C'est pénible, si ton but c'est de devenir un soldat.

Mais ton but c'est pas ça, si ? Qu'est-ce t'en as à foutre de leurs guerres, de leurs frontières, de leur baratin idéologique ?

Enfin bref, tout ça pour te dire de pas bosser pour la France, enfin en tout cas pas en tant que soldat cyber.

Que la France crève, c'est tout ce qu'elle mérite. Vu d'où elle vient, vu où elle va, vu la merde de cette planète, y a rien à sauver.

Comment


Sunday, Jan. 6th 2019

Nostalgie ?

Je suis tombé par hasard sur ce film.

J'ai grandi dans cette ville, j'ai parlé avec ce même accent, j'ai employé ce vocabulaire de quoi ? Gitan ? À base de narvalo, de nachave, de trimards, moucave et compagnie.

Est-ce que ça nous est spécifique ? Ou dans d'autres villes, d'autres lieux, les mots se mélangent et baisent joyeusement ensemble comme dans nos cités ?

Du coup, de clics en clics, je me suis aussi envoyé un peu de musique de gens de cette ville, parce-que... nostalgie de ce temps qui m'est perdu ? mélancolie ? Bah, on s'en bat les couilles.

Fais péter les liens, dans pas d'ordre.

- la berceuse du guetto
- laisse crâner
- hécatombe
- un trou noir dans un gant blanc

Comment être nostalgique d'un temps moisi ? d'un lieu pourri ? Brûlons nos neurones. La vie n'a aucun sens.

Comment


Sunday, Jan. 6th 2019

ACAB ?

[ACAB = All Cops Are Bastards = Tous les flics sont des salauds, des porcs.]

Eh Henri ! Ça roule ?

En fait je sais pas si on peut se parler, parce que ACAB il paraît. Donc, ben, t'es un porc. En français, pis d'où on a grandi, on dirait plutôt que t'es un fils de pute ou un enculé, ou va niquer ta race ou ta mère, enfin tu vois. Mais de l'autre côté du périphérique, ça aime pas trop qu'on parle comme ça. C'est sale tu vois. Un peu comme les murs de nos immeubles ou les trottoirs défoncés de nos rues. Ce genre de saleté.

Nos années collège à Lenain de Tillemont, au milieu des cités ? Aucun intérêt. De toute façon on n'était pas censé devenir intéressant. Quand t'es né rien, tu finis rien, la plupart du temps. C'est la vie, tu fermes ta gueule et tu fais avec.

Je me rappelle ces rigolades en cours de français, à glander du mieux qu'on pouvait. Aucun intérêt.

Je me rappelle quand t'as chialé en troisième quand on t'a "orienté" parce que t'avais pas le niveau, espèce de fils de Portos. T'as fini en lycée technique et moi en général. Mais aucun intérêt.

Et ce jour, des années après, où j'entends mon nom dans le RER, à gare de Lyon, mon nom et pas mon prénom, on se parlait par noms, chais pas pourquoi, c'est comme ça. Je me retourne et je vois un mastar de condé ultra-fit avec, mais oui, ta tête de ptit gros d'Henri au sommet. Et l'amitié dans ton sourire, alors que moi avec ma dégaine chelou et mes cheveux longs de loser en formation, qu'est-ce que t'en avais encore à faire ? Hein ? L'amitié tu dis ?

Tout ça c'est de la merde, Henri. Ta vie c'est de la merde. T'es un flic, t'es de la merde. Parce que ACAB, tu vois.

Ouais, ACAB.

Mets-le dans ton cul ton ACAB de merde. Étouffe-toi avec ton idéologie moisie. La vie c'est pas des catégories dans lesquelles tu peux faire rentrer les individus comme ça, d'une pichenette, sans rien savoir d'où ils viennent ni rien. Penser sans penser, réagir d'un coup sec, d'un coup de pouce sur ton écran portable qui tient tout bien en place dans ta petite caboche fièreote.

Pis tu vois, Henri, toi et moi on continuera d'être personne et de pas faire de vagues, et crever comme les autres, dans toutes les cités du monde, dans tous les bidonvilles, les camps de réfugiés, les zones de relégation pour des corps inutiles, tout juste bons à faire des jolis sujets sur les chaînes d'info continue pour divertir... qui en fait ? Bah, on s'en fout.

En tout cas, putain c'que t'avais grandi et putain comment t'étais fit ta mère mon frère !

À un de ces quatres, mon ami. Ton sourire me manque parfois.

ACAB...

Comment


Friday, Nov. 23rd 2018

Gilets jaunes ?

On a toujours raison de se révolter. Dans ce monde moisi c'est la base.

Après ta révolte va nulle part, Gilet. Tu vas gueuler un peu et après ce sera fini.

Ça sert à rien de demander la démission du président. Tu crois qu'un autre ferait autre chose ? Ils sont tous issus du même monde. Un autre (une autre) fera la même. Va lire un peu d'histoire, ça va calmer tes ardeurs.

Le seul intérêt de ton bordel, c'est ton bordel. Toi et tes potes de lutte, ce que vous faites là, maintenant, c'est le seul truc important.

Alors profite tant que ça dure, fais durer tant que tu peux.

Et laisse les bouffons commenter ou essayer de te récupérer sans en avoir rien à foutre. Ils font leur business de se prendre pour chais pas quoi, de parler, de faire des lois, d'avoir le dernier mot pour que leurs potes à eux kiffent ce qu'ils racontent. Ils sont dans leur propre délire. Que tu fasses quelque chose ou rien, ils feront leur truc. Et toi tu prendras cher.

Et tu continueras à prendre cher. Parce que sur les richesses créées la part que t'as continuera d'être petite. C'est pas trois manifs qui changeront quoi que ce soit.

J'ai fait plus de manifs que toi et rien. Le nucléaire y en a toujours. Les armes fabriquées en France aussi. Des fachos qui font chier les meufs qui avortent pareil. Des inégalités sociales (ça c'est toi), je t'en parle même pas. Etc. etc. Je fais pas le compte, ça sert à rien de se lamenter sur les échecs de son existence.

Ta manif sert à rien.

Le seul intérêt, je te dis, c'est de faire le truc, l'instant, le bordel, les rencontres.

Après tu peux chercher la crédibilité. C'est pas très compliqué. Structure ton "mouvement" pour que les politiciens et les journalistes savent quoi en faire, pour que ça rentre dans leurs cases et leurs routines, mets en avant des responsables, des délégués, de la hiérarchie, et là ils vont te ranger bien comme il faut dans leur truc.

Et là t'auras perdu.

T'as déjà perdu en fait. Tu connais pas les bonnes personnes, t'as pas fait les bonnes études (ce qui en soit ne veut rien dire mais te place dans la position de celui qui ne sait rien faire qui ait de la valeur et te condamne à ramasser la merde des autres et les miettes qu'on te donne en échange).

Mais je te dis ça comme si t'étais tous pareils. (Tu kiffes la grammaire de cette langue de merde ?)

Ce que j'aime pas chez toi c'est cette prétention à te battre pour tout le monde, style "on se bat pour vous, si on gagne vous en profiterez aussi".

Arrête avec cette idée, Gilet, arrête. Bats-toi pour toi, fais pas semblant d'en avoir à foutre quelque chose du reste, t'es pas crédible.

Je veux dire t'arrêtes pas de dire que c'est ta première manif, t'es sérieux ? T'as quel âge ? Douze ans ? Avant y a rien qui te gênait dans ce monde ? Pourquoi là tu t'énerves et tu viens donner des leçons de révolte à tout le monde ? te prenant pour quoi, l'élite de la contestation ? Et on doit te suivre ? comme ça ? parce que t'as fait trois nuits sur un rond-point ?

Occupe-toi de ton cul, Gilet, rien à foutre du reste.

Pis réfléchis un peu.

Ou pas.

Fais ce que tu veux, va.

De mon côté je ferai ce que je veux. Je vais pas te suivre dans ton bordel, Gilet. Parce que t'es coincé dans cette idéologie moisie de la valeur. Ce qui te gêne c'est que d'autres en ont plus que toi. Mais le mec (la meuf) qui met pas son gilet, que t'emmerdes à le bloquer sur la route, c'est le même que toi. Juste il a plus de richesse que toi. Mais toi comme lui vous acceptez l'idée de valeur. Alors j'ai rien à faire avec toi.

Enfin peu importe. Toute cette merde ne finira jamais. Ton agitation n'y changera rien.

Continue de crâmer du pétrole, travaille, fais des mômes, et quand le soleil aura fini de cracher ses bulles, pouf, tout ça aura disparu depuis belles lurettes. Parce qu'on tiendra pas jusque si tard. Lis un peu les cailloux, ils ont des trucs à te dire. Un jour ce sera toi le caillou. Mais y aura plus personne pour te lire. Et après y aura plus de caillou du tout. De l'humanité il traînera peut-être une poignée d'objects dans l'espace. Mais même ça ça finira.

En attendant que ça se termine, et le sachant, putain de sa mère, le sachant, on continue de faire de la merde sur cette planète. Et je te parle pas d'écologie, j'en ai rien à foutre de l'écologie, si on devait "respecter la planète" on serait pas là, parce que l'oxygène qu'on respire, avant que y ait de la vie, y en avait pas dans l'atmosphère. C'est ceux qu'étaient là avant qui ont façonné cette atmosphère qui nous permet de vivre. La terre c'est pas un truc comme ça, statique et immuable, qu'il faut vénérer. On s'en fout de vénérer la terre.

Nan, je te parle de kiffer ta vie. De rire toute la journée, de courir, de faire la sieste, de glander, de travailler le moins possible, d'en avoir rien à foutre de l'argent, d'être nu quand t'en as envie, de tout ça. La vie, sans se prendre la tête. Parce qu'on va crever. À la fin, c'est ce qui se passe. Pourquoi s'emmerder alors ? Hein ? Y a aucune raison valable. La seule excuse ce serait : "parce que j'en ai envie". Mais t'en as envie, sérieux ? Viens pas me la faire à l'envers.

Au lieu de ça, on fait de la merde. On obéit à des règles venues de nulle part qui profitent à quelques enculeurs qui nous la mettent profond.

On a mal mais on continue.

Le pire c'est que les enculeurs kiffent peut-être même pas.

Sur ce, permets-moi de te souhaiter bonne route, Gilet.

Kiffe ta vie, comme tu peux.

Comments (1)


Friday, Jul. 13th 2018

No no, we are not sexist!

[image: a cyclist (male) with two girls around him on the victory podium and a third girl not too far]

You like that ultra-compressed image?

I heard the boss of ASO (the private company that organizes the tour de france) (no capitals for tour because competition sucks) (no capitals for france because that country is one of the worst on this tiny planet) answering those feminazi bitches accusing this event to be sexist because when the guy wins there is this podium shit where some women are here to... I don't really understand what actually. Give some flowers, a shitty present and some kisses apparently, but for what reason, that's not clear.

He said something like: "No we are not sexist. On female races these are guys that play this role. Plus we pay those girls who are often students."

For one: if someone says what you do is offending, then it is offending. Period.

For two: not only are you sexist, but it's even worse. You are homophobic. This ceremony is a sexual congratulations from one sex towards the other. So it's like the guy who wins kind of sexually aroused those women. And the other way around for female cyclists. And, in your head, the aroused person can only be from the other sex (let's forget about people with crazy genetic materials) (and those who had a crazy early life and something didn't go the usual male/female way along this path) (yes all this exists). So you are homophobic, because you cannot ignore that there is a big problem of homophobia today on this crazy planet.

For three: you are a motherfucker business man. You pay those women. Do you expect them to work for free or what?

Go fuck yourself, that'll be the conclusion, for I spent too much time on this already.

You dirty cunt. For I like this kind of insults and I practice as often as I can. (Yes I know it's bad.) (You really read this? Oh. My. God. Get a life!)

Comment


Saturday, Jun. 9th 2018

I don't give a fuck about microsoft buying github

For those of my non-readers who don't know it: microsoft is a private company that sells licenses to people to give them the legal right to use the software they write.

Read carefully the previous paragraph. This is all what microsoft is and nothing else. They got number one in this kind of business by fooling another private company several decades ago into accepting this business model. That other company is called ibm.

Some others of my non-readers, and maybe some of the previous ones, may not know what github is.

This is a private company that has servers connected to the internet where mortals can put projects managed by a system called git, which is supposed to primarily be a way to store the history of a software project and was initiated by the guy who started the linux kernel, Linus Torvalds (shit, I wrote his name).

If you read their terms of service you see that they basically offer no warranty and claim to be non liable to any damage or loss regarding your files stored on their servers.

The other company cited at the beginning of this note has the same kind of policy. So do almost all (if not all) the other private companies involved in this software business shit.

So basically we have some fucking motherfuckers buying the private company of some other fucking motherfuckers.

What the fuck could a cunt obsessed by freedom and how to destroy power structures like me give a tiny fece of fuck about this shitty stinky vomitory news?

I won't insult any of my non-readers with any reply.

Never forget: internet is a trash bin. Do not depend on any part of it to store important data that you create (yeah, I'm still not done with my anger against the assholes of the classic guitar shit vomitory forum).

If you write software (you should, it's fun, technically, philosophically, whateverally) you may want to put your work on github, but never forget that it's basically a stinking toilet (english grammar: go fuck and be fucked by with the french academy, play it like snails, they know how to fuck each others) and that's it.

Thanks for your non-attention, you can go back to your normal activity, like wasting your time to get enough money so that the crappy system imposing us its rules can keep going and going, crushing one human being after the other, invading our brains with powerful ideologies that just reveal how fragile the human cognition is.

Biking was fun today, thanks to non-ask! Motherfucker (I'm in love with this word because of Quincy Jones).

Comment


Wednesday, May. 30th 2018

Dassault has died!

Whatever the correct orthography of this name, who cares.

[image: some punks showing fingers and the like]

You dirty punks! Show some respect for this family of motherfuckers providing the world with the finest french death technology! Come on! France, you know! Freedom! Human rights! Woo! woo!

Motherfuckers. One less of those bastards on this little planet. No one will cry. Fuck you, your colleagues, your clients, your madness. Fuck this world!

Comment


Tuesday, May. 8th 2018

The food industry strikes again

[image: a bad LU petit beurre biscuit - recto]

[image: a bad LU petit beurre biscuit - verso]

LU, die.

Mondelez, die.

And that'll be enough with this shit.

Those two pictures spent too much time on my harddrive, time to throw them away to the trash bin, sorry, the internet.

I think we should destroy capitalism at some point in our crappy human history, no?

I hope the aliens have a good laugh watching how we waste so much lives and energy into this stupid way of organizing food (and all the rest) production.

Fuck.

Comment


Saturday, May. 5th 2018

Riot!

[image: someone throwing a flower]

(You like me drawing a rioter throwing a flower? Done with free software! Woo! woo! Revolution!) (Fuck you.)

Some nice funky riot took place the other day in Paris.

I hope no one was hurt.

I hope those who were caught won't pay a too high price.

Of course that was useless. But who cares? That was certainly fun. And that's enough.

Our lives are formatted. We have to behave this or that way. We have to respect abstractions coming from nowhere. Actually not from nowhere. States, capitalism, god, these are human inventions. Some humans benefit from them.

When you're not one of those who benefit from those ideas, what do you have? Not much.

When you are aware that those ideas are human inventions and you don't benefit from them you end up willing things to change. You want to get rid of those ideas. And you face a very strong opposition from those who enjoy the current state of things.

There are many ways to fight the current madness. You can build things and share with others out of any rules imposed by those ideas. You can build societies, or cultures, or sub-cultures, based on other values.

And you can riot, for some pure fun of physical activity that will piss off the power for a little while.

All is good.

Be ready for some reaction though.

Anyway.

After the riot in Paris I listened to some politicians and journalists. It was a very strange feeling. I saw some human beings so, I don't know, weird, disconnected from life, lost in ideology, I don't know. Some kind of feeling of loneliness actually. Sure it's not very friendly to break some windows and burn a few cars. But it's not a big deal. It's just a way to show that you don't agree with a crazy system. That's what it really is. Why can't they just report that. And then if they want they go like "we condemn those actions, this is not a correct way to express your disagreement". Instead of that they kind of took the rioters out of humanity.

You can't do that. This is humanity. Today. We don't agree with your abstract ideas and we try all we can to break them. We are humans. Just like you. We are not out of the game. You cannot talk about us as if you are of some kind and we are of some other.

I don't like you. I don't like politicians, journalists, capitalists, monks, judges, cops, and so many other social roles that some people incarnate with the passion of their madness. But you are humans. This shit is human.

And we can change it.

By a way or another. Maybe riots. Maybe other ways.

All is good to fight the mess.

Ah, yeah, fuck you.

Comment


Saturday, Mar. 24th 2018

Internet is a trash bin

[image: a trash bin]

I should have known better...

In 2005 I opened an account there, like I was on for some social interactions with classical guitarists.

A few weeks ago I wanted to share my wonderful second composition with my fellow guitarists. The account was deleted.

My heart suddenly decided to beat faster and harder.

I opened a new account, asked to get the previous one back. Hell man, 2005. Thirteen years. An eternity...

Fuck you loser.

That's what some sons of bitches there replied. With other words. But the meaning was clear. Those people are called "moderators".

I argued a bit. They threatened to kick me. I argued a bit more. They put me in a "we-will-review-all-your-posts-before-they-go-live" group. No warning. No nothing. Just shut the fuck up loser.

My composition was also put to trash, because "it has no title".

Go fuck yourself, gang of nazis.

I got mad, insulted one fatso shit cunt moderator.

Now I'm banned from their shitsite.

[image: a message showing my account is banned]

All this is ridiculous, right?

Right.

The lesson is the following one. Consider internet as a trash bin. Do not rely on an external entity to protect your interests, your data, whatever. Have local safe copies of everything that matters to you. Use other people's services with the clear idea in your head that those assholes may well decide to kick you out, to close their shit, to change their policy at any time. Be ready to move somewhere else.

This should be obvious to anyone. I forgot it. I suffered. Because it was not a bug. I lost my account because a motherfucker deleted it. Without warning. And then this motherfucker and her gang of motherfuckers laughed at me and treated me like shit when I complained. I opened my heart to those sons of bitches. And they vomited into it. That was brutal. I overreact, yes, but fuck you too actually. It was un-fucking-expected. Why on earth would someone create a service to help people share their passion and treat the participants as shit? My (wrong) hypothesis was that those people are friendly by default and go nuclear if you severely misbehave. I. Was. Wrong.

Here is another lesson I learned. This website is almost unique. It is in a dominant position. So its creators and moderators do whatever they want. Because there is no alternative. That's very dangerous. Create centralized structures and you get nazis in, taking it over. That's mandatory.

The creator of this website spent some hours of his little life (fuck you man by the way) copying some classical guitar music, made some PDF out of it, organized it a bit by difficulty, and put the shit on his site. Then he put some restrictive rules on the files. Like you can download it but to use them as, say, a teacher, you need to be registered on his website and you need to post messages there.

The website has also some shit rules for everyone. You have to connect at least once a year. You have to post one message per month.

In 2005 we didn't have those rules. We had to post 20 messages to download his PDFs but that was it.

It's bad though, don't get me wrong. If you give away some of your time and work, give it fucking straight away. Don't impose anything on the users. Just. Give. The. Shit. Away.

But, you know, dominant position, blabla. He does what he wants.

The funny thing is that his PDFs contain public domain music.

I am glad not to be a neuron lost in the sick brain of this asshole.

If I were not lazy, if I knew the repertoire better, if I was a good guitarist, I would redo his work. But with no such nazi rules. Just. Share.

Actually, there are some websites where you can download a lot of free music for classical guitar. It's just not well organized. Maybe we should do something on wikimedia too. Like a wikibook, or several wikibooks.

I don't know.

I don't really care, actually. This is not my party. I am into computers, not guitars. This is just something I do part-time, I don't have enough knowledge for this.

Anyway, if by any chance some good guitarists out there wants to do such a project, I can help. We have lilypond to write the music. We have the wikipedia and internet archive places to release the shit. It's just a matter of editorial content. The technical part I can do. The musical no.

So be it.

Fuck this website. Next time I'll know better and won't invest emotionally as I did, so if that disappears I won't care much.

Hey free.fr, I love you you know!

Comment


Saturday, Mar. 3rd 2018

This is how the food industry talks

Follow up of previous note.

I asked them about their production's process.

Specifically, how to decode the ID we find on the products.

I wanted to check whether broken biscuits are all from the same factory or not.

They replied with money.

I guess their idea is that both they and I are happy. (English grammar one o one.)

What kind of communication is that?

I feel used. This big company certainly has many people working to deal with unhappy consumers. They "theorized" how to reply. They decided on what amount of money would be okay for everyone to be happy in this or that situation, as if money was all what matters.

Did I ask for money? No. I asked for some information I didn't get in return.

I think I'll try to bake my own biscuits. I don't want to have nothing to do with people so lost in procedures and unable to interact with other human beings in a way that has not been planned.

What a sad picture of humanity they gave to me.

Anyway, to conclude, let me put some data.

Here is the letter I received back. I removed some stuff to remain slightly anonymous.

[image: letter from Mondelez]

It's in french and I won't translate! Use some OCR and whatever translation tools available to you.

Here is the "coupon de réduction" they sent. Three euros. Which is actually more than 155 times what I lost.

[image: coupon de reduction]

You want a high resolution version?

There you go: face A and face B.

The thing is more or less thirteen centimeters large, something like that.

I think it's possible to print it and use it here and there. Maybe the previous sentence is illegal though.

There is no meaning in the universe. But we are human beings and can talk and understand each other. It's sad to regulate so much our interactions, based on abstract ideas that come out of nowhere.

Let me conclude with how to remove metadata from JPEG files, for no one should throw more data than necessary out to the wild. Cameras like to put too much information along with pixels.

    exiftool -all= file.jpg

Debian puts this in the package libimage-exiftool-perl.

I was too lazy to download JPEG documentation and write a small utility myself.

And actually it may not be enough. Maybe the camera does add some watermarking directly in the image that can be decoded by "those who know".

But then I guess "those who know" have also access to other sources of information and if they want to find out about you then they can. And if you fall into one of the categories of people facing such threats the best is to share nothing at all and enjoy your underground life as long as you can.

Enough noise for today!

Comment


Sunday, Feb. 4th 2018

The food industry knows how to design puzzles

The winner of the day: LU.

[image: a packet of 12 biscuits with 1 biscuit missing half of itself]

And for the record, let's throw the ID of the thing.

[image: code, barcode, etc. of the packet of biscuits]

To contact them (for the lulz), I had to disable anti-ads addons of this bloated firefox. For whatever reason "contact" was blocked.

This world will end. The sun will burn all this crap.

And that's a good thing.

When eating my next breakfast, 1/12th lighter than usual, I'll let some of my neurons frenetically fire, trying to grasp some meaning in the mess. And failing. As usual.

Comment


Sunday, Jan. 21st 2018

Let's destroy classic music!

Let's enter the room, get completely naked, and piss everywhere.

Let's learn the rules, the tonic, the dominant, the modulation, burn all this in ours brains, and vomit music the power will hate.

Let's destroy their domination. Let's take violins and pianos and create some exquisitely adorable music that will smash their adoration of hierarchies.

And let's don't care of what they think.

It's more than time for punks to aggressively join the party.

We don't need conservatoires.

We don't need heavy ugly concert halls.

We don't need conductors.

We don't need silence when we perform.

We don't need contests to select players.

Classic music has been taken over by power structures.

It has to come to an end.

Let's enter the game.

And be totally unnoticed and invisible, as we've always been, as we always will be.

And let's don't give a fuck.

Comment


Saturday, Jan. 6th 2018

Intel...ligence?

Ha ha.

Take a seat and have a good laugh.

See, I don't know, this, maybe, for details. They link (as of today) to the meltdown PDF file, which, if you are literate enough, gives all the details on the crappy bug(s) those intelligent people at this private company produced.

The public reactions of everyone I saw so far are quite entertaining. Thank you all for the lulz!

I have several personal comments on this thing.

Do not trust private companies.

I am 100% convinced that my "colleagues" at Intel knew from scratch about the problem. The people who implemented this idea of speculative execution, however they did, saw that there was a leakage of information in case a problem occurs and the instructions following the faulty one have to be sort of "canceled", so to speak.

My guess is they bet at this point. They bet it would not be such a big problem. This is internal to the CPU, there is no way someone can do something with this.

I guess the pressure from competition (another bad thing in human societies, and this one will be hard to fight) led them to release their chips as is.

Or maybe they informed their managers who decided it was okay.

Who cares?

Free software authors will do shit.

That has already started.

Something like the linux kernel will be modified to limit the attack surface of the bug. They will make their software even more complex than it is today.

There are zillions of security (and non-security) bugs in these millions lines of code. It is getting worse everyday.

We have a bunch of guys who wanted some fame and took the Intel chips of the time (it all started on the i386) and on top of it made an operating system. They used the privilege separation offered by the chip to have a "safe" kernel mode and a "do whatever the hell you want, you can't crash the whole system" user mode.

And that's very enjoyable as a hacker.

Thank you for that.

And even with the crappy recent bugs, it's still the case.

What changed is the security assumptions.

Before this bug, it was something like "data in kernel cannot be read or modified by unauthorized user land program".

This is not true anymore. It can be read by anyone.

So the kernel people won't say: "linux does not guaranty security on this and that CPU". They will deeply modify how they manage memory to overcome the crap from Intel.

And they will be proud of it.

Any sane human being on this planet will now ask herself: "what? but why?"

Intel chips suck. What do you care? That's not your problem.

A top executive of Intel went away with his money a few weeks before the crap became public.

That's how everyone should deal with it.

Just despise Intel.

Simple.

No?

No, because the whole "computer industry" is enslaved to Intel. You can't buy a cheap and fast computer without Intel (AMD is probably affected too).

So as for the f00f bug (dig the web) of a few years ago, some people will be proud of fixing the shit of Intel.

Now let's go back to 1990.

Imagine that in 1990 such a huge problem was found in the Intel chips of the time.

No sane person would have started a pet OS based on this malfunctioning CPU, not even some random student from a random part of Europe.

But today things are different.

Hackers writing the linux kernel play the competition. They want to be the best. They strongly think they are.

But who is more intelligent in there? Random hackers fixing some crap by some stupid hardware engineers and managers?

Or a guy who had a hell of salary as top executive and went away with lots of money before the crash?

More than ever we need free hardware.

Free hardware is harder than free software.

You need to generate a CPU. This is hard.

You need to manipulate matter.

We have FPGA today. It's hard to program. There is not much free software in this area.

This is a first step.

Of course you can go back in time and buy some logic gates and assemble everything. But the generated computer will be slow.

But that's the way to go.

To hell with Intel and others.

Design your own CPU (see here). Burn it to an FPGA (or whatever you want, FPGA is just a first step, we need better than that, but to be honest, I don't know what, hardware is not my world). Port an operating system, a compiler, a few libraries on it and you're down. You have a reasonable CPU, that you can trust much more than what you use today. (Actually you don't even need to do all this, a lot of work has already been done and today you can burn an existing "soft CPU" into an FPGA and run a full system on top.)

But then, the world will be much less spectacular than today, where a single bug destroys nearly everything on its path.

So we'll need to entertain the old fashioned way. Talk and interact with other human beings.

No more Intel for some good lulz. No more Volkswagen. No more Donald Trump. No more Recep Tayyip Erdoğan!

Oh. My.

What kind of noise will I be able to produce then?

Bah. All this thinking is totally fictitious. Truth is: the lulz will go on.

Comment


Friday, Dec. 8th 2017

Social networks are bad for your brain

Here is why.

Let's start with some illustrations.

twitter
[image: screen capture of twitter]

facebook
[image: screen capture of facebook]

These are obvious targets.

github (a place where people can host their free software)
[image: screen capture of github]

Some people in the "free" culture are also trapped in this madness.

framasphere (a "free" alternative to facebook, pretending to respect the privacy of users, as if it was the most important thing)
[image: screen capture of github]

And no, github is not a member of the "free" culture. It's a private company, intending to get money from their activity, not help people around the world to share their stuff.

The wrong is obvious but just to be clear let's elaborate a little more.

The counters, yes, the counters. How many people "follow" me. How many people "like" me. How many people comment on what I say. How many people duplicate my software.

A big ego-bad-trip is going on. And your brain wants more, always more. It's a drug. Your brain is not protected against drugs. Actually your brain loves drugs.

That's why you should stay away from any website where counters are the most visible information offered to you, the user. Unless you are ready to pay the price, which is to live the life of a drug-addict. Is it what you want? I doubt it.

Those things are new, that's why it's easy to be fooled. Someone selling you heroin in the street won't last long. It's illegal (maybe not everywhere on this planet, to be checked). But selling you, what? egoin? is still legal, and may be legal forever.

Sure, the effect seems less dangerous than heroin. It's just some time wasted and a bit of depressive feelings when something goes wrong because of those social networks.

But still.

Some people killed themselves after some bad time on a social network. (References needed here.)

So, be warned.

Stay away from social networks.

How to share then? How to use the internet?

Dig in your "real" life. Look for what activities lead to pleasure and what activities lead to bad feelings. And try to have the same on the internet. It's just a place, like in "real" life. The contact is different, but it's the same also. So what is good in "real" life is also good on the internet.

Well, to be honest, I don't know. I would say that if you want social interactions on the internet, go for mailing lists. But even there you find some ego-wars, so I don't know. Maybe we can't avoid those things.

Maybe. But it's almost certain that promoting those ego-counters are not a step in the right direction.

A few decades ago, there were BBS (dig the web). People using it were saying it was a place without judgment, as opposed to "real" life. You can be young or old, you can be of a different culture, your face or skin color may look different, you may be male or female, no one cares. That's what the internet can do. It can remove all those differences so we can share using what we have in common.

Well, maybe. Or maybe not. You need something to connect to the internet. You need electricity. You need to speak english. This is already a lot.

Anyway, stay away from social networks, it's the best you can do for your mental health.

Comments (1)


Friday, Nov. 24th 2017

Let's make some noise

Because why not?

Let me entertain your rationality by exercising mine through the use of shared words.

Or whatever.

It just has to be loud and make some noise in this anechoic chamber of mine. Not really mine actually, rather provided by people making money selling internet access to others.

Why not keep silent and wait for the massacre to end?

Because it won't.

So let's make noise!

Comments (4)


Nothing more.


Contact: sed@free.fr

Created: Fri, 24 Nov 2017 22:18:15 +0100
Last update: Mon, 18 Feb 2019 21:53:16 +0100

Valid?
RSS valid?